Juste pour info!!

Le saviez-vous?

Article parue dans la revue "Breton" avril 2018 par: 
Korantin Denis

C'est intéressant de connaître ce procédé,  quelle belle poterie.
Pour lire l'article c'est un peu difficile, voici quelques phrases de cet article:

La plus grande des poteries bretonnes.


Les sombres ondulations qui parcourent la terre rougeâtre se détachent avec un relief étrange.Ces énigmatiques rubans serpentiformes appartiennent aux plus vieux ornements de Bretagne.

Lissés,digités ou striés à la molette, ils se sont propagés avec une persistance remarquable de la céramique du néolithiques aux derniers ateliers de potier du Morbihan.

"Panne à buée" ou "pône"ainsi nommait-on cette volumineuse cuve décorée.

L’appellation bretonne fut " tonnen bugad", " tonne de lessive".

Une terre cuite sphérique et utilitaire jusqu'à l'aube du xx siècle.

Elle se façonnait à la main dans le centre potier de Malansac, près de Redon
Achetée sur les marchés vannetais, la panne prenait place près de la cheminée.

La grande lessive - " la buée" ( bugad ou kouez braz) avait lieu deux fois par an, au printemps et à l'automne. 

Cette corvée harassante durait 3 jours qui correspondaient respectivement: au purgatoire, à l'enfer et au paradis.

Les blanchisseuses empilaient le linge dans la cuve puis y versaient des chaudronnées d'eau bouillantes qui se mêlaient à la cendre de pommiers tamisée.

Après remplissage , la potasse était récupérée en  ouvrant la bonde...car:

l'opération se répétait 9 fois:

teir evit al laou, teir evit ar c'hwenn, teir evit an nez.

Trois pour les poux, trois pour les puces, trois pour les lentes!.

 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire